EDITORIAL DES VISITEURS, mensuel

Déc. 2022 : saint Charles de Foucauld

Voici l’Editorial des Visiteurs mensuel de l’UP de Lasne, qui nous porte cette fois à la rencontre de saint Charles de Foucauld, fêté le 1er décembre 2022 (pour la 1ère fois depuis sa canonisation).

Charles est né en France à Strasbourg le 15 septembre 1858. Sa mère, son père et sa grand- mère meurent en 1864 alors qu’il n’a que 6 ans. C’est son grand-père qui s’occupera de son éducation.
Le 28 avril 1872, Charles fait sa Première Communion. Il est confirmé le même jour. Charles est intelligent et il étudie facilement. Il aime beaucoup les livres, mais il lit n’importe quoi. Peu à peu, il s’éloigne de la foi. Il continue à respecter la religion catholique, mais il ne croit plus en Dieu.

Après deux ans d’études à École Militaire, Charles devient officier. Il a 20 ans.
Pendant plusieurs années, il va chercher son plaisir dans la nourriture et dans les fêtes. On l’appelle alors le « Gros Foucauld ».
En octobre 1880, il est affecté en Algérie. Le pays lui plaît et ses habitants l’intéressent. Ensuite, son régiment est envoyé en Tunisie. Après cette mission, il prend congé de l’armée.
Charles décide alors de s’installer à Alger afin de voyager. Le Maroc tout proche et méconnu, car interdit aux Européens, l’attire beaucoup. Après une longue préparation, il part avec le Juif Mardochée pour un périple au Maroc.
Pendant son voyage de 11 mois, Charles essuie des injures et des violences. Plusieurs fois, sa vie est en danger. Après avoir parcouru 3000 km, il rentre de son voyage en 1884. Le monde scientifique de l’époque est enthousiasmé par son travail d’explorateur. Pour Charles, c’est la consécration. Mais lui ne prête aucun intérêt à cette gloire et il rejoint sa famille à Paris. Il a 28 ans.
C’est à ce moment-là qu’il se sent appelé à tout laisser pour suivre Jésus. Le 15 janvier 1880, il entre chez les Trappistes.

Après sept années chez les Trappistes, il va vivre à Nazareth. Il y vit comme un ermite à la porte du couvent des Clarisses. Il lit beaucoup et approfondit sa formation théologique. Il prie du matin au soir. C’est à Nazareth qu’il décide de créer la congrégation des petits frères du Sacré Cœur de Jésus.
C’est en 1900 qu’il décide de devenir prêtre. Il rentre en France pour y recevoir le sacerdoce.
Un an plus tard, il arrive à Béni Abbès en Algérie. Chaque jour, il passe des heures au pied du Tabernacle. En 1903, Charles se porte volontaire pour aller vivre au cœur du désert avec les Touaregs.
Il va continuer jusqu’à sa mort à vivre auprès des populations les plus délaissées. Charles est violemment tué le 1er décembre 1916.
Charles de Foucauld a été déclaré bienheureux en 2005 et canonisé par le Pape François à Rome le 15 mai 2022.

Nous vous proposons de découvrir une très belle prière écrite de sa main :
Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père
.

Pour télécharger ou imprimer ce texte, cliquer ici

Pôle Communication de l’Unité Pastorale de Lasne

pour le Pôle Santé: p. Justin Muantuali
et p. Pierre Dunia Mastaki, Resp. de l’UP de Lasne

Source Images: 1 et 2. Creative Commons – Wikimedia Commons.


Nov. 2022 : saint André et saint Pïerre

Voici l’Editorial des Visiteurs » mensuel de l’UP de Lasne, portant sur la vie des Saint(e)s. On se propose cette fois de vous parler de Saint André (fêté le 30 novembre) et de Saint Pierre, tous deux apôtres de Jésus..

CC_St_Andre_apotre_Icone_Bulgare

(*) recevoir par mail les futurs articles par mail ?
cliquez sur « je veux suivre ce blog » (en-bas à droite).


André est né à Bethsaïde, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Simon (Pierre), il était pêcheur. Recherchant Dieu, il avait d’abord été le disciple de Jean le Baptiste. Lorsque Saint Jean Baptiste désigna Jésus-Christ en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde » (Jean 1: 29-40), il le suivit et ne le quitta plus. Il fut ainsi le premier disciple appelé par Jésus-Christ.

André servit souvent d’intermédiaire. Il présenta notamment son frère Simon à Jésus ; puis, lors de l’épisode de la multiplication des pains, il désigna le jeune garçon portant les cinq pains et les deux poissons ; lorsque des Grecs voulurent rencontrer Jésus, c’est encore à lui qu’ils s’adressèrent.

Après la Pentecôte, André prêcha l’Évangile, d’abord à Jérusalem, en Judée et en Galilée, puis il partit prêcher au cours d’un long voyage tout autour des côtes de la Mer Noire. Selon la tradition ecclésiale, ses voyages l’amenèrent en Mésopotamie, sur la côte anatolienne, à Éphèse, en Thrace, en Scythie mineure, en Crimée, à Byzance et finalement dans la région au nord du Péloponnèse, où il finit crucifié sous l’empereur Néron, à Patras en l’an 60.

Saint Pierre (Simon) et saint André sont frères de sang. Outre leur lien de parenté et leur métier (ils sont pêcheurs), les deux Galiléens ont en commun d’avoir subi le martyre et de mourir crucifiés, comme le Christ. Si Pierre est le « premier » des apôtres, André est le « premier appelé ». L’un (Pierre) est considéré comme fondateur de l’Église de Rome (Église occidentale), l’autre (André) comme fondateur de l’Église de Constantinople (Église orientale).

Lors de leur pèlerinage et de leur rencontre historique à Jérusalem, le jour de l’Épiphanie 1964, le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras se sont embrassés, en signe de réconciliation. Athénagoras offrit une icône représentant Pierre et André s’embrassant. Ce baiser des apôtres Pierre et André est devenu le symbole de la marche vers l’unité des Églises-sœurs d’Orient et d’Occident.

Nous vous proposons ce mois-ci une très belle prière du pape François qui nous invite à reconnaître le bien et la beauté de chaque peuple.

Prions :
Seigneur et Père de l’humanité,
toi qui as créé tous les êtres humains
avec la même dignité,
insuffle en nos cœurs un esprit fraternel.
Inspire-nous un rêve de rencontre,
de dialogue, de justice et de paix.
Aide-nous à créer des sociétés
plus saines et un monde plus digne,
sans faim, sans pauvreté, sans violence,
sans guerre.
Que notre cœur s’ouvre
à tous les peuples et nations de la terre,
pour reconnaître le bien et la beauté
que tu as semés en chacun
pour forger des liens d’unité,
des projets communs,
des espérances partagées. Amen !

Pour télécharger ou imprimer ce texte, cliquer ici

Pôle Communication de l’Unité Pastorale de Lasne

pour le Pôle Santé: p. Justin Muantuali
et p. Pierre Dunia Mastaki, Resp. de l’UP de Lasne

Source Images: 1) https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/83/St_Andrew_the_Apostle_-Bulgarian_icon.jpg/500px-St_Andrew_the_Apostle-_Bulgarian_icon.jpg (2) (le baiser) sur https://atelier-icone-pa.pagesperso-orange.fr/page/atelier/presentation.html 

Oct. 2022 : Saint-François d’Assise

Voici le 1er « Editorial des visiteurs »de l’UP de Lasne.

En ce mois d’octobre, nous vous proposons d’aller à la découverte d’un grand saint : Saint François d’Assise.

François d’Assise est un religieux catholique italien né en 1181 à Assise. Il est diacre et fondateur de l’ordre des frères mineurs, appelé Ordre franciscain, caractérisé par la prière, la joie, la pauvreté, l’évangélisation et le respect de la création.
A la base, il est issu d’une famille de riches marchands d’Ombrie. Il vit une jeunesse fougueuse et dissipée, rythmée par les fêtes et les escapades, et veut se faire adouber chevalier. Il fait la guerre à la noblesse et est emprisonné pendant un an.

Cependant, il se sent insatisfait.  En écoutant un passage de l’Évangile, il trouve une réponse à ce qu’il cherche : passer sa vie à aimer toute la création.  Il transforme alors sa vie, se fait pauvre et annonce la Bonne Nouvelle.  Il se fait solidaire des pauvres, des démunis, des marginalisés.  Il dénonce les injustices.  Il puise dans la prière la force d’aimer et d’aider les autres.

Petit à petit, François se retire du monde et vit en ermite. Le 17 septembre 1224, il reçoit les stigmates de la Passion : les plaies du Christ sur la croix lui apparaissent. Il voit des trous dans ses mains et ses pieds. A partir de cet épisode, François souffre de diverses maladies violentes.

Il meurt le 3 octobre 1226 dans la chapelle du Transito à Assise.

Il est canonisé dès 1228 par le pape Grégoire IX et commémoré le 4 octobre.

Zoom sur un événement déterminant de sa vie :

Un événement se révèle déterminant dans la vie de François d’Assise : sa  rencontre avec les lépreux. Dans son Testament, il écrit ces mots : « Le Seigneur me donna ainsi à moi de commencer à faire pénitence : lorsque j’étais dans les péchés, il me semblait extrêmement amer de voir des lépreux. Et le Seigneur me conduisit parmi eux et je leur fis miséricorde […] et après cela, je ne restai que peu de temps et je sortis du monde. Et en m’en allant de chez eux, ce qui semblait amer fut changé pour moi en douceur de l’âme et du corps. »

Aux yeux de François d’Assise, les lépreux ne sont plus des personnes quelconques mais des frères. Il est dès lors profondément imprégné par la notion de miséricorde, il est davantage sensible à la souffrance et à la déchéance d’autrui. Cette attitude de miséricorde précède sa découverte de l’Évangile ; en d’autres termes, « la conscience de François a eu besoin de la médiation du prochain pour rencontrer Dieu. » 

La prière de saint François est inspirée de cette expérience :

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est la discorde, que je mette l’union.

Là où est l’erreur, que je mette la vérité.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler,

à être compris qu’à comprendre,

à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,

c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,

c’est en pardonnant qu’on est pardonné,

c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.

Pour télécharger ou imprimer ce texte, cliquer ici

Bonne lecture!

En union de prière,

Pôle Communication de l’Unité Pastorale de Lasne
p. Pierre Dunia Mastaki, Resp. de l’UP de Lasne

Source Image(s): 1) St-Francois-d-Assise.png: https://www.kt42.fr/2017/09/decouvrir-la-vie-de-saint-francois.html 2) St-Francois-d-Assise-2.png: Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=444467