27 nov. 2022 – 1er dimanche de l’Avent

ANNÉE A Textes : Is 2, 1-5 ; Rm 13, 11-14a ; Mt 24, 37-44

En marche vers Noël

Aujourd’hui, nous commençons un nouveau cycle. C’est le début d’une nouvelle année liturgique. C’est également le début du temps de l’Avent qui nous prépare aux festivités de la Nativité de notre Seigneur. Le temps de l’Avent, compris comme la marche vers Noël, nous appelle à tourner notre regard vers Celui qui vient dans nos cœurs. Il est déjà venu dans la chair, et il reviendra à nouveau pour tout récapituler en lui.
Ce n’est pas la première fois que nous préparons la venue du Seigneur à Noël ; mais chaque temps de l’Avent est une occasion différente de nous rendre plus proche du Christ,

de faire l’expérience de Sa présence en nous et autour de nous. Seigneur, nous avons encore beaucoup à apprendre de toi et sur toi. Marche avec nous, comme tu l’as fais avec les disciples d’Emmaüs. Eclaire nos esprits par la lumière de Ta parole. Que Ton corps et Ton sang nous donne la force d’avancer vers toi.

Appel à la vigilance

La liturgie de la parole du temps de l’Avent nous propose, en plusieurs dimanches, quelques étapes. La première étape nous invite à abandonner la tentation du statu quo : on se dit facilement qu’on est bien ainsi, pas besoin de changer quoi que ce soit. On finit par baisser la garde et perdre de vigilance : « Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas, que le Fils de l’homme viendra » (Mt 24, 42-44).
Il s’agit, pour les disciples du Seigneur, d’être prêt dans l’aujourd’hui de leur vie. Veiller, ce n’est pas se mettre en quête d’une certaine sécurité, de trouver le moyen de contourner le sentiment de peur. Veiller, c’est le contraire du « laisser-aller », de l’insouciance, de la mollesse. Veiller, c’est être disponible à ouvrir les portes pour accueillir le Sauveur qui vient. Quelles sont les choses qui accaparent mon attention et mon cœur aujourd’hui ? Ai-je un peu de place pour le Seigneur ? Suis-je disposé à être celui par qui Dieu communique au monde l’amour, la justice et la paix ? Soyons la paix que nous désirons pour le monde. Soyons les protecteurs de la nature créée par Dieu.
Lasne, 27/11/2022

Pour imprimer ou télécharger cliquer ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s