18 déc. 2022 – 4ème dimanche de l’Avent

ANNÉE A Textes : Is 7, 10-16 ; Rm 1, 1-7 ; Mt 1, 18-24

« Jésus naîtra de Marie, accordée en mariage à Joseph, fils de David (Mt 1, 18-24) »

La péricope évangélique de ce jour est l’un de rares textes dans lesquels on parle de Joseph, le père nourricier de Jésus. En effet, saint Matthieu, à la différence de saint Luc, n’a pas centré l’enfance de Jésus sur Marie, mais sur Joseph (cf. Mt 1,1-2,23) : a) Généalogie de Jésus par l’ascendance de Joseph ; b) Annonce de la naissance de Jésus à Joseph et acceptation de son rôle : époux de Marie et père légal de Jésus ; c) Adoration des Mages et rôle capital de Joseph, assurant la sécurité de l’enfant par la fuite en Egypte ; d) Retour à Nazareth, sur l’injonction d’un ange toujours adressée à Joseph. Aujourd’hui, nous avons écouté l’annonce à Joseph. Ce texte de saint Matthieu nous pousse à penser aux fiançailles entre Joseph et Marie…

Les fiançailles juives étaient un engagement si réel que le fiancé était déjà appelé « mari » et ne pouvait se dégager que par une « répudiation » (cf. Mt 1, 19). Les fiançailles se caractérisent par l’élaboration d’un projet de vie commune. Un projet dans lequel le fiancé et la fiancée s’engagent et s’investissent entièrement. Pour nous qui écoutons cet évangile aujourd’hui, il est intéressant de penser à nos fiançailles, ce temps de bonheur. Il s’agit de se souvenir de ce qui nous a conduit à épouser notre conjoint. Il faut aussi regarder les jeunes qui se fréquentent, et qui bâtissent leur projet de couple. Pour les couples qui vivent ensemble depuis de nombreuses années, n’est-ce pas le moment de raviver la flamme d’amour ? Pour ceux qui ont perdu leurs conjoints n’est-ce pas l’occasion de rendre grâce à Dieu pour ce qu’ils ont vécu de beau et de vrai ?

Il se trouve parfois que les projets les plus merveilleux et même les plus forts puissent être brisés, à cause d’un éloignement, d’une divergence, etc. C’est le cas entre Joseph et Marie. Joseph se rend compte que sa fiancée est enceinte avant même qu’ils n’aient habité ensemble. Il tente de résoudre le problème à sa manière. C’est un homme juste, nous dit saint Matthieu. La justice de Joseph consiste sans doute en ce qu’il ne veut pas couvrir de son nom un enfant dont il ignore le père, mais aussi en ce que, convaincu de la vertu de sa fiancée (Marie), il refuse de la livrer à la procédure rigoureuse de la Loi qui sanctionne la femme infidèle (cf. Dt 22, 15-21). Le couple de Joseph et Marie est confrontée à une crise. Les crises font partie de la vie. Ce qui compte véritablement, c’est la manière de l’aborder. Y fait-on face chacun de son côté ou ensemble ? Laisse-t-on une place à Dieu dans la résolution de nos crises ? Les crises font-elles partie de nos sujets de prière ?

Dans la page de l’évangile de ce jour, on se rend compte que Dieu intervient dans nos vies. En effet, Dieu envoie son ange à Joseph en songe pour l’aider à faire un choix judicieux. Il veut qu’il reconsidère son projet de vie avec Marie. Joseph fait preuve d’une foi profonde en Dieu. Jusqu’où suis-je prêt à suivre Dieu ? Suis-je seulement attentif aux messages du Seigneur qui me parle de diverses manières ? Seigneur donne à tes fidèles le don du discernement.
Lasne, 18 décembre 2022

Pour imprimer ou télécharger cliquer ici

Source photo: collection privée CCO Annie Gregoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s